Randonner au bord du lac Pukaki : un rêve éveillé

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Impossible d’aller au mont Cook, le plus haut sommet de Nouvelle-Zélande, sans passer devant le lac Pukaki. Sans doute as-tu déjà vu une photo de cet immense lac turquoise sans le savoir, car c’est une image célèbre de la Nouvelle-Zélande !

Lac pukaki

Il est difficile d’oublier la première vision de ce lac d’un bleu indescriptible jonché au pied des montagnes. La couleur bleu turquoise de l’eau provient des minéraux en suspension issus des glaciers en amont dans la vallée du mont Cook. Ces minéraux sont transportés par la Hooker River et la Tasman River sur plus de 20 km jusqu’au lac. Pour se baigner ici, il faut donc faire preuve d’un certain courage, car l’eau est froide pour ne pas dire glaciale. Plutôt que le maillot de bain, on a donc pris notre appareil photo et nos chaussures de rando pour explorer les environs.

Découverte du lac

C’est depuis la route SH8 que l’on découvre pour la première fois le lac Pukaki et le mont Cook en arrière-plan. L’effet « Waouh » est immédiat. Il faut dire que la météo ensoleillée fait ressortir à merveille la couleur du lac.

Un sentier en contrebas de la route permet de s’approcher du lac. Il débouche sur une plage de galets bordée de conifères. On retrouve la couleur caractéristique des lacs de glacier comme on a pu en voir au Canada. C’est toujours aussi beau !

Un peu plus loin sur les rives du lac, il y a également un camping gratuit pour les véhicules certifiés self-contained (car sans aucune commodité). Il faut faire attention par où l’on passe, car le chemin est par endroit défoncé. Lors de notre passage, des personnes y ont laissé un pneu et on s’est retrouvé bloqué avec un pneu tournant dans le vide. Eh oui, notre van Gollum n’est pas tout terrain.

Lac Pukaki

Ce camping est un peu trop fréquenté à notre goût. Il faut dire qu’avec le temps, on devient un peu sauvage. Du coup, on se dirige vers la rive droite du lac où on espère être un peu plus tranquille pour profiter des lieux.

Rive droite : Hayman road

Une piste de graviers (Hayman road) en bon état longe le lac sur 40 km. Cette piste est idéale pour les cyclistes, par contre il n’y a pas vraiment de sentiers pour randonner au bord du lac. C’est vraiment le genre d’endroits où on aurait aimé avoir un vélo. Malgré tout, on ne peut pas s’empêcher quelques arrêts photo devant la beauté du paysage.

On profite également du trajet aller pour repérer des coins sympas pour bivouaquer ce soir. C’est vraiment sympa de longer le lac au point qu’on avance à la vitesse d’une tortue. Heureusement, on ne croisera aucun autre véhicule sur la piste dans les deux sens.

Balade le long de la Tasman River

À la fin de la route, on traverse des ponts en bois étroits qui enjambent de petites rivières. On croise les doigts à chaque fois pour ne pas finir dans l’eau, car avec le poids du van et l’aspect rudimentaire des ponts, on n’est pas toujours très rassuré. La route débouche sur un terrain vague faisant office de parking à proximité de la rivière Jollie. D’ici part le sentier de Tasman River Track qui longe pendant 10 km la rivière Tasman. Ce sentier est surtout populaire pour les cyclistes, car c’est une partie du fameux Alps 2 Ocean Cycle Trail.

Malgré l’heure avancée de la journée, on décide quand même d’en parcourir une partie à pied. Nous sommes complètement seuls dans la vallée. Avec la végétation jaune et le mont Cook en guest star, la nature nous offre un des panoramas les plus marquants de notre voyage ! Tu sais, ce type de paysages qui te touche sans que tu saches vraiment pourquoi et qui te revient immédiatement à l’esprit quand tu penses à un pays.

On prend le temps de ressentir l’endroit, de voir les hautes herbes jaunes bougées au gré du vent. On s’extasie devant la réverbération du mont Cook dans une flaque. Tout nous émerveille comme si on était des enfants.

Bivouac dans la nature

Sur le chemin du retour, on s’engage sur un chemin caché par la végétation qui s’écarte de la route pour s’approcher du rivage du lac. Avec le van, il faut repérer les lieux avant, car le parcours n’est pas en super état et on voudrait éviter de se retrouver enlisé… Mais, à la fin, nous sommes récompensés par un super spot de camping. Il n’y a personne dans les parages et notre bivouac nous offre une vue directe sur le lac et le mont Cook. Une fois le soleil couché, le ciel étoilé n’est pas non plus en reste dans ce coin où la pollution lumineuse est presque inexistante.

Pukaki Kettle Hole

Pukaki kettle holeDurée : 1h / Distance : 4 km / Difficulté : Facile

De retour sur la highway, on se lance dans la petite randonnée de Pukaki Kettle Hole. Le sentier parcourt des buttes formées par une ancienne moraine aujourd’hui recouverte de pâturages et sur lesquelles les moutons déambulent. Le sentier se termine au niveau d’un immense trou avec un panneau qui en explique l’origine. Lors du retrait du glacier, un immense bloc de glace est resté prisonnier de la moraine. Lorsque celui-ci a fondu, il a laissé à la place ce trou. Après, rien d’exceptionnel non plus…

Peter’s lookout

C’est THE point de vue touristique sur le lac ! Impossible de le rater sur la route du mont Cook, car il est clairement signalé. Tous les minibus, voitures et cars de touristes s’arrêtent ici, alors dans un premier temps on s’amuse à observer tous les accessoires inimaginables pour prendre des photos : caméra, appareil photo, téléphone, perche et même drone ! Si on fait abstraction des allées et venues des touristes, le point de vue vaut tout de même le coup. Par temps ensoleillé et dégagé, on y admire le mont Cook, le lac et la route qui serpente le long du lac.

Le reste de la route est également pittoresque. Plutôt que de foncer au mont Cook, on n’hésite pas à faire plusieurs arrêts et même à pique-niquer sur le bord de la route pour profiter des lieux.

Pukaki Canal

Pour atteindre le lac Ohau, on choisit de longer le canal de Pukaki. Cela se révèle une bonne surprise, car l’eau turquoise du canal crée un miroir parfait des nuages dans le ciel.

Les plaines alentour ont été utilisées pour représenter le Gondor dans la trilogie du Seigneur des anneaux (plus de détails dans notre article dédié sur les lieux de tournage du Seigneur des anneaux). On commence presque à regretter de ne pas avoir investi dans l’achat de 2 vélos au début de notre séjour, car encore une fois les lieux se prêteraient bien à une balade à vélo.

Duncan valley

On compense cela en s’arrêtant au niveau de Ben Ohau Wetland pour randonner. On se lance alors à l’assaut du col de The pyramid (1h30 – 5 km). Au départ, le sentier traverse la forêt avant de monter de manière abrupte jusqu’au col en longeant la clôture. Au sommet, le panorama donne sur une plaine parsemée de quelques arbustes appelés Darts bush.

Un peu déçus du point de vue, on décide de pousser la randonnée. De fil en aiguille nous voilà dans la plaine, puis à remonter progressivement jusqu’au Flanagan Pass (8h – 20 km). Au Flanagan Pass, la vue ne compense pas les efforts consentis. On aperçoit tout juste un morceau du lac Ohau coincé entre les deux montagnes.

Le retour nous paraîtra d’autant plus interminable. Du coup, on ne recommanderait pas vraiment cette randonnée. La vallée derrière la chaîne de Ben Ohau avec la Dobson river et Hopkins river offre pléthore de sentiers et de huts pour des treks sur plusieurs jours ou à la journée sans doute plus intéressants. Mais la météo ne nous a pas vraiment permis d’explorer le coin.

Notre avis

Le lac de Pukaki mérite que l’on s’y attarde quelques jours et pas seulement le temps d’une pause pour se rendre au mont Cook. Le panorama touristique de Peter’s lookout mérite bien un arrêt. Mais, la région offre beaucoup de possibilités pour s’éloigner de la foule et pleinement profiter de la beauté des lieux. Notamment sur sa rive droite beaucoup moins fréquentée avec la magnifique balade de Tasman River track tout au bout. Et puis, que demander de mieux que de pouvoir camper au bord de l’un des plus beaux lacs du monde sous un ciel étoilé tout droit sorti d’un rêve !

Si tu recherches des lieux moins touristiques, la région autour du lac Ohau (au sud du lac Pukaki) mérite ton attention. Le lac Ohau est certes moins joli que celui de Pukaki, mais la tranquillité des lieux lui confère un charme indéniable.

Expérience :   
Donne ton avis sur cet article !
Randonner au bord du lac Pukaki : un rêve éveillé
5 avec 2 votes

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Tu as aimé cet article ? Encourage nous en le partageant à tes amis sur tes réseaux sociaux !
2017-09-10T13:52:57+00:00 12 août 2017|

Laisser un commentaire

Ton avis nous intéresse !

Merci de prendre quelques instants pour nous laisser un commentaire.

 

Voici les liens pour nous suivre sur les réseaux sociaux :