Road-trip dans le Northland : quoi voir et faire ?

Après les Waitakere Ranges à l’ouest d’Auckland, nous poursuivons notre road-trip en Nouvelle-Zélande par le Northland. Cette région comprend autant la touristique Bay of Islands, que le Far North et son isolé Cape Reinga, ainsi que la forêt géante de kauris. À la base, nous étions venus en Nouvelle-Zélande pour ses montagnes et ses volcans, alors nous avons la surprise de découvrir de magnifiques côtes vallonnées et verdoyantes. Cette verdure borde des plages à l’eau bleu turquoise qui n’ont pas à rougir face aux plages d’Australie. Nous avons passé deux semaines à explorer cette région. Alors, voici dans cet article un aperçu de ce qui t’y attend si toi aussi tu te lances dans un road-trip dans le Northland.

Mangawhai

Mangawhai cliff walk

Distance : 5 km
Durée : 2-3h boucle
Difficulté : Facile

Près de la ville de Mangawhai heads, la randonnée de Mangawhai cliff walk débute depuis le parking du Mangawhai Surf Life Saving Club. D’abord, nous longeons la plage. Nous sommes surpris d’être quasiment seuls sur cette plage qui est censée être fréquentée au mois de décembre. Une bifurcation permet de poursuivre le long de la plage ou de monter sur la falaise afin de longer la côte depuis les hauteurs. Nous choisissons de commencer par la plage, car la marée est déjà en train de monter.

Comme à notre habitude, nous prenons notre temps pour observer et photographier la faune et la flore locale. Pendant ce temps, la marée continue de monter. Si bien qu’à la fin du sentier, nous devons enlever nos chaussures et nous immerger dans l’eau pour tenter de contourner une falaise rocheuse, car l’eau est trop montée. Après une première tentative, on finit par renoncer, car les vagues sont fortes et avec les sacs à dos on ne veut pas prendre de risque.

Nous n’avons d’autres choix que de grimper à même la falaise pour rejoindre le sentier. Mais autant dire tout de suite que ce n’est pas fait pour cela. On se retrouve à s’agripper à tout ce qui est possible, car la falaise est très abrupte. Conclusion : avant de partir, il faut bien vérifier les heures de la marée et ne pas se faire prendre par le temps sur le trajet !

Tu peux avoir des informations sur les marées au centre d’information pour visiteurs. Les dames de l’accueil sont très sympathiques. D’ailleurs, elles nous ont recommandé un restaurant français avec cuisses de grenouilles et soupe à l’oignon en cas de manque du pays . Elles étaient tellement fières de nous parler de la cuisine française, qu’elles n’ont pas trouvé d’autres spécialités que le burger et le Fish and chips pour la Nouvelle-Zélande .

Revenons à nos moutons. Depuis la falaise, la vue est encore plus séduisante. Au loin, on aperçoit les îles alentour de Tauranga ou de Mokohinau. Mais surtout, la juxtaposition de la végétation verdoyante et fleurie avec l’eau turquoise est incroyable. On découvre pour la première fois la marque de fabrique de la Nouvelle-Zélande. Cette randonnée se révèle donc une belle surprise.

Whangarei

Waipu cave

Durée : 1h
Distance : quelques centaines de mètres
Difficulté : Intermédiaire

Cette randonnée n’en est pas vraiment une, c’est plus de l’ordre de l’exploration d’une cave ! Tu peux t’enfoncer dedans sur plusieurs centaines de mètres en longeant et parfois en traversant l’eau. Le sol est particulièrement boueux, alors mieux vaut avoir des chaussures avec de bonnes semelles et auxquelles tu ne tiens pas trop.

Le hall d’entrée de la grotte met tout de suite dans l’ambiance. Nous nous enfonçons rapidement dans la pénombre de la cave. C’est alors qu’on aperçoit de petites étoiles bleues qui brillent de mille feux ! Ce sont des vers luisants (glow-worms) ! Ils ne brillent pas tous de la même intensité, car plus ils ont faim, plus ils sont lumineux pour y attirer les insectes. En tout cas, il dessine sous nos yeux un véritable ciel étoilé !

Pour conclure, c’est beau et c’est gratuit ! On recommande de venir, car c’est beaucoup plus authentique que les Waitomo caves qui sont une usine à touriste. En plus, tu peux dormir gratuitement juste à côté ! En temps normal, le lieu est calme. Dans notre cas, nous n’avons pas eu de chance lors de notre visite, car des locaux sans doute un peu ivres s’amusaient à faire des dérapages avec leur véhicule sur le terrain vague. Alors, on n’était pas tranquille, on craignait qu’un de ces véhicules finisse dans notre van.

Whangarei falls et A.H Reed Memorial Kauri Park

Durée : 2h
Distance : 3,6 km aller-retour
Difficulté : Facile

Durée : 2h
Distance : 3,6 km aller-retour
Difficulté : Facile

On décide d’aller faire un tour au Whangarei Falls depuis le parking du A.H Reed Memorial Kauri Park pour se dégourdir les jambes. Cela nous permet de combiner l’autre point d’intérêt du coin : la forêt de kauris. Les kauris sont des arbres endémiques de la Nouvelle-Zélande en voie d’extinction. Dans ce parc, certains ont plus de 500 ans. Le sentier s’enfonce ensuite dans une forêt à l’allure de jungle pour déboucher sur les Whangarei Falls. Cette randonnée est agréable et les chutes sont sympas, car elles sont entourées de verdure et elles sont assez hautes. Si la température le permet, il est possible de se baigner dans la rivière.

Mount Manaia

Durée : 2-3h
Distance : 3,5 km aller-retour
Difficulté : Intermédiaire

Cette randonnée nous fait gravir le mont Manaia situé à 403 m d’altitude et offre un panorama des alentours. La montée est abrupte, mais le sentier est en bon état. 500 m avant le sommet, il y a un point de vue naturel depuis un rocher qui semble presque là pour ça. C’est celui qu’on préfère ! Il offre une vue exceptionnelle sur le mont Lion et les baies environnantes. Depuis le sommet, on aperçoit l’autre côté avec une grande usine, ce n’est donc pas le plus séduisant .

Pour l’anecdote, je (Sandrine) me suis fait une belle frayeur au sommet très rocheux. Je me suis entravée je ne sais comment et j’ai déboulé de plusieurs mètres en contrebas sur les roches. Heureusement, rien de grave, que des bleus ! Qui a dit que j’étais maladroite ? En tout cas, au sommet c’est très venteux alors il faut faire attention.

Bream Head Scenic Reserve

Smuggler Bay

Durée : 1h30
Distance : 3 km boucle
Difficulté : Facile

Cette randonnée part de Urquhart Bay. Elle passe par des prairies verdoyantes au milieu des vaches et des moutons, ainsi que par la petite plage de Smuggler Bay. On se sent vraiment dans un environnement néo-zélandais  !

Le clou de la balade est la plage paradisiaque au sable clair de Smuggler Bay. En décembre, nous avons même la chance d’observer les « Christmas Tree » en fleur (rouge) qui finissent de donner une image de carte postale à l’endroit.

Pour l’anecdote (encore une…), je (Sandrine, ben oui c’est toujours à moi que ça arrive ce genre de choses…) me suis fait courser par une vache jusqu’à la barrière. Un peu comme dans une corrida ! Est-ce que vous saviez que c’était possible de se faire courser par une vache (et non pas un taureau !) ? Moi non. Décidément, c’est mon jour…

Peach cove

Durée : 3-4h
Distance : 4,2 km aller/ 8,4 km aller-retour
Difficulté : Intermédiaire
Extension jusqu’à la route pour faire du stop : 2,8 km
Extension jusqu’à la fin de Ocean beach : 3,7 km

Poussés par la curiosité, nous décidons d’aller voir la vue depuis le sommet du mont Lion. Seulement, après plus de 1h30 de montée, on se rend à l’évidence : le sentier est tout du long dans la forêt et n’offre donc aucun point de vue ! Du coup, je (Sandrine) fais demi-tour, tandis que Pierrick poursuit jusqu’à Peach Cove. La baie se révèle décevante. Pour revenir, je (Pierrick) décide de passer par un autre chemin en rejoignant la route en contrebas et en faisant mon premier stop en Nouvelle-Zélande.

Bilan : pas de vue depuis le Mount Lion et une baie de Peach Cove qui n’en vaut pas la chandelle, sauf à y passer la nuit dans la solitude de la hut (refuge) qui se trouve à proximité. En bref, c’est un peu décevant. Avis aux personnes qui ont mal aux genoux : ce sont essentiellement des escaliers au début de l’ascension.

Matapouri et Tutukaka coast

Plutôt que de continuer notre route vers le nord par la route principale (SH1), on décide de faire un détour par la Tutukaka coast pour voir du pays. Cette partie de la côte offre quelques jolies baies secrètes.

Tutukaka Head- Lighthouse walkway

Durée : 1h
Distance : 2 km aller-retour
Difficulté : Intermédiaire

Ce sentier mène au phare qui se trouve sur l’île de Kukutauwhao. Mais alors, comment y aller me direz-vous ? À la nage ? Et non, il suffit de traverser à marée basse, quand l’île est reliée à la terre. L’emplacement du phare offre une bulle de tranquillité pour observer l’océan et laisser vaguer son esprit. Mais, pas trop quand même sous peine de se retrouver bloqué sur l’île jusqu’à la prochaine marée !

Daisy bay & Whale Bay

Durée : 1h
Distance : 1,2 km aller-retour
Difficulté : Facile

À proximité de Matapouri, un sentier permet d’atteindre Daisy bay, une magnifique plage bordée d’une végétation dont seule la Nouvelle-Zélande a le secret.

Un peu plus loin, c’est Whale Bay. Une plage également idyllique, cachée par les arbres. Le sable est clair et l’eau turquoise, invitant à la baignade. Mais la chaleur n’est pas au rendez-vous, dommage.

D’ici, nous décidons de poursuivre la marche pour rallier Matapouri Bay. À notre arrivée, la marée est encore haute alors nous décidons de patienter quelques heures sur la plage pour pouvoir atteindre notre prochaine destination  …

Mermaid pools

Durée : 1h-1h30
Distance : 2 km aller-retour environ
Difficulté : Intermédiaire

En effet, ces bassins d’eau naturels, appelés les « Piscines des sirènes », sont uniquement accessibles à marée basse. Cela nous oblige donc à patienter jusqu’à la toute fin de journée pour tenter d’y accéder avant la nuit. Le chemin se révèle délicat, car la marée est encore un peu haute. Alors, il nous faut faire preuve d’astuces pour escalader les rochers et ne pas finir les pieds mouillés.

Une fois les pieds à terre, la difficulté ne s’arrête pas là, car il faut escalader la colline sur un terrain glissant. Au point que pour grimper il faut s’aider de cordes. Puis, nous traversons ensuite une forêt de palmiers. À ce moment-là, on se prendrait presque pour des explorateurs en terre inconnue  .

De l’autre côté se trouvent les Mermaid Pools. Quand nous y arrivons, le soleil s’est déjà couché. Alors on commence à ne plus voir très clair. Mais, les lieux nous dévoilent quand même leur magie. La difficulté d’accès de ces bassins en fait un lieu peu fréquenté. Quel dommage que ce soit la nuit, car en milieu de journée, cela doit être un super spot pour se baigner !

Bay of Islands

La Bay of Islands est une zone côtière touristique appréciée des locaux pendant leur congé d’été. Elle est connue pour ses eaux turquoise, sa multitude d’îles et ses croisières en voiliers. Nous choisissons donc de l’explorer en sortant un peu des sentiers battus.

Les toilettes de Kawakawa

Les toilettes de Kawakawa

Mais enfin, pourquoi parler de toilettes dans un article ? Et bien, car ceux-ci sont une œuvre d’art et une ode au recyclage ! Ces toilettes ont été réalisées par un artiste, Friedensreich Hundertwasser, expatrié autrichien qui a vécu dans la ville de Kawakawa. C’est drôle et ça nous rappelle les œuvres de Gaudí, qui l’a effectivement inspiré dans sa carrière. Attention, à éviter en cas d’urgence, car il faut faire la queue pour pouvoir se soulager  .

Russell

C’est une petite ville qui est reliée à la celle de Paihia en seulement quelques minutes avec un ferry. Sinon tu dois faire un détour de minimum 50 km de route pour y accéder. Ce petit coin tranquille a plus de cachet que Paihia avec ses quelques magasins et son calme. Une colline, Flagstaff Hill Historic Reserve était occupée par les Maoris dans un passé lointain. Cette colline permet de surplomber la baie alentour. C’est sympa, mais pas exceptionnel. Il faut dire qu’on y est en fin d’après-midi, ce n’est pas le moment où le bleu de l’eau ressort.

Cape brett

Cape Brett

Près de Russell, la randonnée sur 2 jours du Cape Brett est un bon moyen de sortir des sentiers battus et de passer une nuit dans l’ancienne maison d’un gardien de phare. Si ça t’intéresse, on en parle en détail ici.

Paihia

Nous faisons un arrêt à Paihia, la ville côtière très touristique. L’eau est claire, mais pas turquoise contrairement aux images que l’on voit en publicité. Alors, on est un peu déçu. On décide de prendre de la hauteur avec la randonnée de Opua Forest Paihia lookout (1,5 km – 1 h aller-retour). Mais la vue sur la baie est vraiment décevante, car la couleur de l’eau ne se révèle pas plus et la vue est cachée par les arbres. Disons que c’est une balade du dimanche sympathique, mais pas plus.

Après ceci, nous avons repéré le site historique de Waitangi Treaty Grounds où le Traité de Waitangi a eu lieu entre les Maoris et les colons. Nous sommes très intéressés par l’histoire de la Nouvelle-Zélande, mais payer 40 $ NZ pour voir un marae (que tu peux voir ailleurs) et un bâtiment historique, cela nous semble un peu exagéré ! Si on faisait payer 35 euros à chaque touriste étranger qui vient voir une église ou un musée en France, on serait riche ! On passe donc notre tour. À la place, on se rattrape sur le wifi hyper efficace de la ville…

Far north

Le Far North désigne l’extrémité la plus au nord de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Cet endroit vaut le déplacement pour son isolement, ses dunes, ses plages et le coucher de soleil au Cape Reinga. Si ça t’intéresse, on en parle plus en détail dans notre article sur le Far North.

Hokianga

La côte ouest du Northland offre un environnement moins protégé des éléments que son homologue de l’est. Du coup, la pluie se fait ici plus fréquente avec en contrepartie des paysages encore plus verdoyants !

Kohukohu

Nous faisons un détour pour nous rendre au village de Kohukohu. Le but de notre visite est de voir une partie des dernières maisons de l’époque victorienne encore debout en Nouvelle-Zélande. Datant de l’époque des colonisateurs, elles sont faites du bois de kauris. Au passage, on y déniche quelques statues maories. Dommage qu’une pluie battante met fin à notre exploration.

Arai-Te-Uru Recreation Reserve

Arai-Te-Uru Recreation Reserve

Dans la région d’Hokianga, nous traversons le village d’Oponini. Au loin, il y a d’immenses dunes, mais elles sont accessibles uniquement par bateau. On reste donc sur la terre ferme avec la randonnée de Arai te Uru Heritage Walk (1,5 km aller-retour – 1h) qui permet d’accéder à des baies juste après la ville d’Omapere.

Arai-Te-Uru Recreation Reserve

Kauri Coast

Waipoua Forest

C’est sous une pluie battante que nous traversons la Waipoua Forest. Une des dernières fôrets où l’on peut observer ces fameux arbres géants endémiques à la Nouvelle-Zélande : les kauris. À l’origine, ils recouvraient tout le pays, mais avec l’arrivée des Maoris, puis des colons, la quasi-totalité de ces arbres a été détruite par les incendies volontaires, l’agriculture et l’exploitation forestière.

Comble du malheur, ces arbres sont aujourd’hui également menacés par une maladie qui se transmet par la racine (Kauri dieback disease). Alors, à chaque départ de sentier, des brosses et des produits sont mis à disposition pour nettoyer ses chaussures et éviter ainsi de répandre la maladie.

Un sentier nous mène rapidement à Tane Mahuta, le plus gros kauri de Nouvelle-Zélande. Il fait plus de 50 mètres de hauteur ! Nous nous sentons bien petits face à cette œuvre de la nature ! Un peu plus loin, nous découvrons Te Matua Ngahere, le plus vieux kauri de Nouvelle-Zélande. Imagine, cet arbre a plus de 2000 ans ! Sur le chemin, on rencontre les Four Sisters, quatre kauris avec une base commune. En voyant ces monuments de la nature, on ne peut s’empêcher de penser combien les hommes ont impacté leur environnement en si peu de temps…

Maunganui Bluff

Durée : 2h aller-retour
Difficulté : Intermédiaire

Ce matin, nous nous arrêtons près de la plage de Aranga pour monter au sommet du Maunganui Bluff. Le temps n’est clairement pas de notre côté entre la pluie et le vent, on s’imagine en pleine expédition pour gravir l’Everest . Malgré la grisaille, le sommet offre un panorama sur une côte totalement sauvage avec une plage à perte de vue et une plaine verdoyante peu accidentée. L’endroit révèle sans doute mieux sa beauté avec une météo plus clémente.

Voici ce que tout cela donne dans une petite vidéo :

Notre avis

Et voilà, notre road-trip de 15 jours dans le Northland se termine. On ne pensait pas y passer autant de temps, mais finalement cette région de la Nouvelle-Zélande un peu boudée par les touristes à beaucoup à offrir. Nous avons vraiment été surpris par la variété des paysages : caves, plages, baies, forêts, dunes, etc. Et, on est loin d’avoir tout fait !

Cela a aussi été l’occasion de nous créer une petite routine dans notre vie de nomade en Nouvelle-Zélande, particulièrement agréable avec un van self-contained. Nos coups de cœur de la région sont les glow-worms de Waipu Caves, le Cape Brett et le Far North.

Expérience :   
Road-trip dans le Northland : quoi voir et faire ?
5 avec 2 votes

Tu as aimé cet article ? Encourage nous en le partageant sur tes réseaux sociaux !
2018-09-03T04:20:58+00:00Commentaires fermés sur Road-trip dans le Northland : quoi voir et faire ?