Uluru

Après deux jours passés quasiment entièrement dans la voiture à conduire, on arrive enfin aux abords du parc national Uluru-Kata Tjuta. On aperçoit rapidement un rocher que l’on prend pour Uluru Ayers rock. Mais il s’agit en fait du mont Conner qui culmine à 300 m. On décide quand même de pique-niquer sur une aire pour prendre le temps d’observer le paysage.

À peine sortie de la voiture on se rappelle qu’on est bien dans le désert australien : 45°C dans l’air, mais surtout des essaims de mouche qui ne te lâchent pas ! Elles cherchent sans doute de l’eau, car elles essaient de rentrer dans la bouche, le nez, les yeux, etc. On te laisse imaginer comme cela est agréable. Cela en devient tellement agaçant qu’on n’a pas d’autres choix que de trouver refuge dans la voiture après être passé pour des fous pendant 10 minutes à gesticuler dans tous les sens sur le parking ! Mais, souviens-toi, il fait 45°C dehors alors imagine dans la voiture à l’arrêt. Au final, on est contraint au bout de 10 minutes de mettre la climatisation si on ne veut pas finir littéralement liquide sur le siège. Bienvenue dans l’outback australien!

Uluru Ayers rock… alors ça vaut tant le coup que cela ?

Avant de venir dans ce coin reculé de l’Australie, on se pose inévitablement la question de savoir si cela vaut vraiment le coup. En effet, les milliers de kilomètres à parcourir refroidissent un peu au départ. Et puis après avoir parcouru l’ouest américain plusieurs mois, nous avions peur d’être déçus par un simple rocher au milieu du désert. Mais d’un autre côté, on se dit qu’on ne va pas revenir tous les jours en Australie. Et puis, surtout ce lieu à une grande signification pour les aborigènes. Alors, curieux de découvrir cette culture, on a décidé de parcourir tous ces kilomètres pour nous faire notre propre avis.

Ayers rock (alias Uluru) n’est pas la seule attraction du parc. Il y a aussi The Olgas, une autre formation rocheuse qu’on peut explorer à pied. Toutefois, les lieux offrent bien plus que la simple observation de rochers. C’est une véritable immersion dans les croyances des aborigènes et dans leur mode de vie. Tu l’auras compris, on est finalement tombé sous le charme de cet endroit atypique qui ne ressemble à rien d’autre de ce qu’on avait vu auparavant. On va donc tenter dans cet article de te donner envie de venir toi aussi explorer cet endroit.

Uluru - Ayer rock

Le centre culturel : immersion dans la culture aborigène

Le centre culturel devrait constituer le point de départ de la découverte du parc national Uluru-Kata Tjuta pour tous les visiteurs. Pourquoi donc ? Tout simplement car les lieux sont climatisés et permettent ainsi d’échapper un moment à la chaleur ambiante et aux essaims de mouche. Non plus sérieusement, car on ne peut pas rêver mieux comme introduction au parc. En effet, le centre culturel permet d’en apprendre davantage sur les légendes des aborigènes. Le rocher Uluru est pour eux un site sacré pour lequel ils vouent un grand respect. Certains sites sont d’une telle importance religieuse qu’il est interdit de les photographier.

Uluru - Ayer rock - Lever de soleil

La formation du rocher Uluru n’a rien de scientifique pour les aborigènes. Elle est seulement un des éléments de leur légende : the « Dreamtime ». En effet, les aborigènes ont attribué à certains lieux une symbolique particulière. Dans leur croyance, des êtres ancestraux du temps du rêve (humains ou animaux), en voyageant sur terre, ont formé les paysages tels qu’on les connaît aujourd’hui. Uluru est justement l’incarnation de l’un de ces paysages.

Ainsi, the « Dreamtime », c’est un peu comme la bible des aborigènes, sauf qu’il n’y a aucun écrit. Ce savoir est transmis uniquement de génération en génération d’aborigènes par l’intermédiaire d’histoires, de peintures, de sculptures ou de cérémonies. Ce mode de transmission fait qu’il existe aujourd’hui plusieurs interprétations concernant l’origine exacte d’Uluru. L’une d’elle est notamment une bataille de serpents géants qui aurait sculpté la roche. Sans le savoir on vient de mettre le doigt sur une culture qui nous passionnera tout le reste de notre séjour en Australie. On revient plus en détails dessus dans un article dédié sur le sujet : la culture aborigène en Australie.

La randonnée Mala

Valley of the Winds - The Olgas - Parc national d'UluruAprès cette entrée en matière, on part explorer le parc. La « Mala walk » permet justement de marcher au pied du monolithe au milieu des rares arbres des environs. On essaie de s’imprégner des lieux avec les explications des panneaux disséminés tout au long du parcours. On peut également voir certains des sites religieux abordés dans le centre culturel. Mais ce n’est pas évident de profiter des lieux avec les mouches qui nous tournent sans arrêt autour. Au point, qu’on a dû sortir notre dernier équipement Hi-Tech : des filets pare-soleil pour les vitres de voiture. On a converti ces trucs en moustiquaire pour rendre la situation plus supportable. Du coup, c’est la grande classe avec notre filet sur la tête, mais bon tant pis ! C’est une question de survie !

On tombe quand même sous le charme de l’endroit, notamment avec le contraste de couleurs entre le ciel bleu azur, le rocher rouge et les arbres verts. De plus, avec le temps l’érosion a sculpté des formes dans le rocher qui ressemble à des œuvres d’art.

Ascension d’Uluru Ayers rock

En théorie, il est possible de faire l’ascension d’Uluru. L’accès au sommet se fait d’ailleurs depuis la « Mala walk ». Mais, le rocher étant sacré pour les aborigènes, ils demandent aux visiteurs de ne pas l’escalader. Ainsi, son ascension est fortement déconseillée à ceux qui sont soucieux de respecter leurs croyances. On n’a pas vraiment à se poser la question puisque l’ascension est fermée lors de notre séjour. Mais dans tous les cas, je ne crois pas que nous aurions escaladé le rocher. D’une part, par respect pour leur croyance, mais aussi car nous ne pensons pas que la quintessence de ce lieu se trouve dans l’ascension du rocher.

Il est vrai que la plupart des tours se résument à faire le tour du parc en une journée et la fameuse ascension. C’est bien dommage, car les gens passent sans doute à côté de la spiritualité des lieux. Tout simplement prendre le temps de se poser à l’ombre des arbres au milieu du chant des sauterelles. Imaginer les années de travail des éléments pour ériger ce rocher au milieu du désert. Penser à ses aborigènes capables de survivre dans un milieu aussi hostile et difficile.

Uluru en feu

Lorsque la fin de journée approche, tout le monde se donne rendez-vous pour admirer le coucher de soleil sur Uluru. Le meilleur endroit pour l’observer est depuis le parking qui porte bien son nom « car sunset viewing area ». Tu te doutes bien qu’on ne se retrouve pas seuls à cet endroit, mais il faut avouer que pour une fois cela n’a pas vraiment d’importance, car personne ne se trouve entre vous et le rocher.

On peut donc admirer le rocher changer de couleur au fur et à mesure que le soleil se couche à l’horizon. À ce moment-là, se retrouver dans le désert face à ce monolithe rougeoyant à quelque chose de magique. On profite de voir l’ombre monter petit à petit pour mémoriser ce spectacle dans nos esprits et sur quelques photographies!

Bush camp

Pour dormir, on a décidé de tester le « bushcamp » c’est-à-dire le camping en pleine nature, seuls et sans aucune commodité à proximité ! Pour cela, on commence à emprunter la piste qui permet de relier le parc national Uluru-Kata Tjuta à l’ouest australien. La piste est extrêmement sableuse, alors on n’est pas très serein face au risque d’ensablement.

Heureusement, on trouve une possibilité de s’introduire dans le bush rapidement. Nous voilà donc tout seul en plein désert, la nuit bien installée. C’est à la fois excellent et un peu flippant, car on ne sait pas véritablement ce qui nous entoure et on sait qu’il n’y a pas âme qui vive sur plusieurs kilomètres à la ronde. Cette solitude, nous permet en revanche de profiter d’un magnifique ciel étoilé.

Parc national d'Uluru de nuit

The Olgas au lever du soleil

La nuit est de courte durée car on a décidé d’observer The Olgas (aussi appelé Kata Tjuta) au lever du soleil. Heureusement, depuis notre « bushcamp » improvisé, on n’est pas très loin du lieu d’observation. À notre arrivée sur le parking, malgré l’heure très matinale, on n’est pas les seuls. J’ai l’impression que le concept du lever et coucher de soleil autrefois réservé au photographe ou au voyageur lent est désormais devenu un véritable argument marketing du tourisme de masse. Du coup, la plate-forme d’observation est noire de monde. Plus moyen d’être tranquille…

On est aussi un peu déçu par le fait qu’on est très loin des formations. En tout cas, c’est amusant de voir que la plupart des gens observent le soleil alors que l’intérêt serait plutôt de voir la lumière sur les formations rocheuses. Ben oui quoi si tu veux voir le soleil se lever tu peux aller n’importe où non …??

Uluru au coucher de soleil

Tout juste les premiers rayons du soleil ont-ils pointés le bout de leur nez que les cars de touristes désertent la zone. Si bien qu’en quelques minutes à peine, on se retrouve tout seuls sur place. On peut donc mieux profiter de l’atmosphère du petit matin avec le chant des oiseaux et la lumière douce sur la prairie environnante.

Au cœur des « The Olgas » – Valley of the Winds

On profite de la fraicheur du matin, pour randonner au milieu des dômes de « The Olgas » grâce au circuit de « Valley of the Winds ». La chaleur peut devenir un vrai problème dans cette partie de l’Australie. Au point que suite à plusieurs incidents, le parc a décidé d’installer un feu au départ de la randonnée. Le feu clignote lorsque la température dépasse un certain seuil pour signaler aux touristes que la randonnée est fermée.

Le début de la randonnée est sympa, car elle permet d’observer les dômes de plus près. On peut voir les formes creusées par l’érosion et puis le contraste de couleur est encore une fois saisissant ! D’autant que le sentier est bien marqué et facile, ce serait dommage de s’en priver.

Le premier point de vue (Karu lookout – là où est installé le feu) est par contre décevant. À partir de là, le sentier se corse un peu car il est en terrain caillouteux. Alors, il vaut mieux regarder où l’on met les pieds. La section suivante est également agréable, car on marche au pied de ces colosses de roche. Avant de grimper sur un monticule qui offre une vue (Karingana lookout) sur la vallée étroite entre les parois verticales des dômes.

Puis, on redescend dans cette vallée. Il est à peine 9h du matin lorsqu’on est au milieu de la vallée. Pourtant, on sue déjà à grosses gouttes et les litres d’eau descendent vite ! On n’ose même pas imaginer ce que cela doit être au milieu de la journée. Alors un conseil si tu te lances dans cette randonnée : pars tôt et apporte beaucoup d’eau !

Gorge de Walpa

Pour finir notre exploration de Kata Tjuta, on enchaîne avec une petite randonnée qui permet de s’approcher de la gorge de Walpa. La randonnée semble interminable sous les 36°C du début d’après-midi et le sentier n’offre pas véritablement d’ombre. En plus, les essaims de mouche font leur retour ce qui nous obligent à porter notre moustiquaire de pacotille sur la tête.

Contrairement à sa présentation sur le prospectus du parc, la gorge n’a rien d’exceptionnelle. On commence à avoir l’habitude des brochures des pays anglophones comme aux Etats-Unis ou au Canada, où tout est « amazing » (spectaculaire). Mais cela n’empêche pas que l’on se fasse encore avoir. Nous, français, on ne vente pas autant la beauté et la variété des paysages de notre beau pays, c’est bien dommage !

Gorge de Walpa - The Olgas - Parc national d'Uluru

La chaleur VS Sandrine… vainqueur par KO

On avait prévu de rester l’après-midi dans ce secteur pour y voir le coucher du soleil. Cependant, comme on a déjà fait les points d’intérêts des alentours, il nous faut encore attendre quelques heures. Attendre en soi ce n’est pas un problème. Mais où ? Avec cette chaleur, impossible de rester dans la voiture. On se dirige alors sur une table abritée pour avoir un peu d’ombre. Seulement, le béton retient la chaleur. Je (Sandrine) m’allonge sur le banc, car je trouve cela moins étouffant même si la différence est sans doute insignifiante.

La moustiquaire sur la tête, j’étouffe, je craque (à traduire par je me plains). Je serais prête à sacrifier le coucher du soleil. Finalement, c’est aussi ça voyager : se rendre compte de ses limites ou les repousser. C’est clair au moins, je ne supporte pas la chaleur. On se réfugie dans les toilettes où se trouve un banc. L’air y est plus supportable mais au bout d’une heure à se tourner les pouces, on décide de partir.

On fait donc les 50 kms qui nous séparent de la ville située à l’entrée du parc : Yulara. Sur place, on profite au maximum de son centre d’information et de sa galerie d’art aborigène sous un air climatisé ! À ce moment-là, on éprouve un énorme respect pour ces peuples qui parviennent à survivre dans ce genre d’environnement.

The Olgas - Parc national d'Uluru

Coucher de soleil sur The Olgas

Quelques heures plus tard, on refait les 50 km en sens inverse pour venir observer le coucher de soleil. Là aussi, il y a quelques cars de touristes. Ils déballent même des tables et des chaises pour faire l’apéro devant le coucher de soleil. On n’est définitivement pas dans le même monde. C’est assez drôle de les voir avec une coupe de champagne à la main en plein milieu du désert.

The Olgas - Parc national d'Uluru

En dehors de cette scène amusante, le coucher de soleil est sympathique, mais moins exceptionnel que sur l’Ayers Rock. D’un point de vue photographique, j’ai trouvé que la vue depuis la route était presque meilleure. Les jeux d’ombres et de lumière avec la végétation et les rochers sont féeriques.

Une nuit mouvementée

Le lendemain, avant de quitter le parc, on souhaite une dernière fois profiter du lever de soleil sur Uluru. Du coup, on décide de revenir à Yalara à l’entrée du parc qui est plus proche (car c’est interdit de dormir à l’intérieur). Jusqu’à maintenant, on évitait à tout prix de dormir dans les villes pour éviter les amendes, mais là on n’a pas vraiment de choix.

Une fois dans la ville, on tourne un peu jusqu’à ce qu’on trouve un grand terrain vague. Cela nous semble l’endroit idéal pour passer la nuit. On dîne puis on se couche rapidement, fatigué par la journée. Mais, quelques heures plus tard, on est réveillé en sursaut par quelqu’un qui frappe à la vitre et nous aveugle avec sa lampe torche. Réflexe oblige, Sandrine hurle ! C’est presque cela qui me réveille en panique total. Le temps de comprendre ce qu’il se passe, je réalise qu’il s’agit de policiers qui nous réveillent. On se dit alors qu’on va avoir le droit à notre première amende en Australie, passage presque obligé de tout backpacker

Mais non, le policier presque gêné de nous avoir fait peur, nous explique simplement que ce n’est pas sécuritaire de rester là. Non seulement il ne nous met pas d’amende, mais en plus il nous propose de le suivre jusqu’à un camping. Et, comble de la gentillesse, il doit bien voir qu’on est pas des voyageurs fortunés à dormir dans une voiture, il nous glisse que si on repart du camping avant 6h du matin, on n’aura pas besoin de payer. Cela tombe bien, car on comptait se réveiller aux aurores pour notre dernier lever de soleil dans le parc. On finit donc notre nuit dans un camping escorté par une voiture de flic. La classe vous avez dit!

The End

Quoi de mieux pour terminer notre séjour à Uluru que d’assister à un dernier lever de soleil sur le monolithe mythique. On se rend sur le parking aménagé qui se trouve à l’opposé de celui pour le coucher de soleil. La température agréable et l’absence de mouches rendent ce moment agréable. L’atmosphère paisible est encore plus facile à saisir une fois les cars de touristes partis. Ainsi, se clôture notre passage au parc national Uluru-Kata Tjuta avec l’impression d’avoir vraiment profité des lieux et d’avoir appréhendé une partie de la culture des aborigènes.

Notre avis

Au départ, on était un peu sceptique face à ce grand rocher perdu au milieu du désert australien en raison du tapage marketing fait sur le lieu. Finalement, on est littéralement tombé sous le charme de l’endroit. Le rocher d’Uluru n’étant qu’une partie des choses à découvrir dans le parc. La chaîne des rochers des Olgas est aussi intéressante à explorer grâce aux sentiers de randonnée. Mais, surtout les lieux transpirent la culture aborigène à chaque coin du parc. Ainsi, Uluru se vit plus qu’il ne se voit. L’atmosphère qui se dégage des lieux est impossible à retranscrire en mot. Les aborigènes considèrent qu’un lieu n’a de sens qu’au présent et à l’endroit où il est. Il faut le vivre et le ressentir. Tu sais ce qu’il te reste à faire…!

Expérience :   
Uluru Ayers rock : Attraction touristique ou lieu magique ?
5 avec 2 vote[s]