Les majestueuses dunes de sable de Khongoryn els

Les dunes de sable de Khongoryn Els en Mongolie

Aujourd’hui, on te partage notre coup de coeur de la région de Gobi : les dunes du parc national de Gurvan Saikhan. Il s’agit des dunes les plus larges et les plus spectaculaires de Mongolie. En effet, les dunes s’étendent sur plus de 100 km de long et 12 km de large. Les plus hautes atteignent même 300 mètres ! Autant dire que tu peux les observer de loin !

La première question qui vient à l’esprit quand on découvre ce lieu, c’est pourquoi des dunes se sont formées ici, au milieu de nulle part ? La réponse tient dans la combinaison de 3 éléments : le vent, l’eau et la montagne. Une rivière draine dans la région des sédiments provenant de toute la plaine. Le vent déplace les sédiments qui se sont accumulés au pied des montagnes au fil du temps pour former les dunes que l’on peut observer aujourd’hui.

Ascension des dunes de Khongoryn Els

Dès notre arrivée au camp, on a qu’une envie, c’est de gravir ces fameuses dunes bien sûr ! Alors, on s’empresse de déposer nos affaires dans notre yourte du soir pour partir découvrir les lieux. Mais, avant de pouvoir fouler le sable des pieds, il faut parvenir à franchir une petite rivière boueuse qui borde les dunes. Puis, il faut ensuite slalomer entre les buissons qui jalonnent la plaine jusqu’aux dunes. Le contraste entre la verdure et les dunes est d’ailleurs saisissant !

On a toujours autant de plaisir à observer ce type de paysages. On avait été conquis lors de nos voyages aux États-Unis par le parc national de Great Sand Dunes qui offre un paysage similaire.

 Voilà déjà deux heures que nous profitons des lieux. Il est déjà temps pour nous de retourner au campement pour notre balade en chameau. C’est une nouvelle fois une grande première pour nous de monter à chameau.

Balade à dos de chameau

De retour au camp, on voit les chameaux arrivés, suivis de près par leur propriétaire en mobylette. Une fois dans l’enclos, le propriétaire prépare chacun des chameaux en fixant sur leur dos une selle et les fait asseoir pour qu’on puisse les monter. Lorsqu’on s’approche, la première chose qui nous surprend c’est leur odeur. En effet, le chameau sent fort et pas particulièrement très bon ! Une fois assis dessus, il faut faire relever l’animal. Comme au début il commence par les pattes arrière, tu penches fortement à l’avant, mais une fois en haut, tu te sens vraiment stable, calé entre les deux bosses. Attention toutefois, pour les messieurs de bien prévoir de ranger le matériel correctement pour ne pas souffrir pendant la balade . Si tu ne te sens pas très à l’aise, tu peux toujours te tenir d’une main à la bosse de devant. Un bâtonnet de bois en forme d’« Y » traverse leurs narines, afin d’y accrocher la corde.

Une fois en route, cela n’a rien de comparable à une ballade à cheval. L’allure des chameaux est beaucoup… beaucoup plus calme et le mouvement sur la selle se fait tout en douceur. Ils font seulement quelques petits écarts de temps en temps pour éviter les buissons. Cela permet de prendre le temps d’admirer le paysage, ce qui n’est pas pour nous déplaire au contraire .

Coucher de soleil sur les dunes

À notre retour, c’est déjà la fin de l’après-midi. On part donc en van à quelques kilomètres d’ici pour pouvoir observer le coucher de soleil sur les plus hautes dunes. Monter au sommet des dunes est éreintant, chaque pas demande un effort pour ne pas glisser à l’arrière. La fin est tellement abrupte qu’il faut presque finir à quatre pattes en s’aidant des mains. Mais l’effort est largement récompensé au sommet avec une vue splendide du coucher de soleil sur les dunes recouvrant la vallée.

C’est sans aucun doute, un des plus beaux couchers de soleil que l’on n’a jamais vu ! On reste jusqu’à la tombée de la nuit pour profiter de l’instant et des changements de couleur. Le moment est magique : le silence des lieux avec des dunes à perte de vue rougit par les couleurs du soleil et le vent dans les cheveux. C’est le genre d’endroit où tu pourrais passer la journée à simplement admirer le tableau que la nature met devant tes yeux. Tu ressens parfaitement l’immensité et l’isolement des lieux.

Après avoir souffert pour la montée, la descente est au contraire un jeu d’enfant. On décide de la faire en courant façon générique de « La petite maison dans la prairie » : sensation garantie ! À l’arrivée, on a les poches remplies de sable . De retour au camp de yourtes, on profite encore une fois du splendide ciel étoilé que la Mongolie nous offre.

Lever de soleil sur les dunes

Eh oui, on ne se lasse pas de ce paysage ! On est tellement resté pantois devant le coucher de soleil, qu’on décide de remettre cela le lendemain matin pour admirer le lever du soleil ! À 6 h 30, on est déjà le nez dehors. On observe les premiers rayons du soleil à l’horizon dans un silence de cathédrale. Cette heure matinale nous permet d’observer les animaux sur le chemin, notamment les chameaux qui s’abreuvent dans la rivière et des chevaux sauvages qui galopent en troupeau dans les dunes.

Le soleil nous offre un magnifique jeu d’ombres sur les dunes et leur crête sinueuse.

Il est déjà l’heure pour nous de quitter ce magnifique endroit. La piste longe les dunes sur de nombreux kilomètres. Cela nous permet d’en profiter jusqu’au bout par la fenêtre du van. On ne peut pas s’empêcher d’imaginer le contraste saisissant que les lieux doivent offrir en hiver entre les dunes et les montagnes enneigées. Cela nous fournit déjà une bonne excuse pour revenir.

On se retrouve prochainement avec la suite de notre périple dans la région du Gobi. Au programme pour le lendemain : Ikh Gazryn Chuluu.

Les majestueuses dunes de sable de Khongoryn els
5 avec 1 vote

Tu as aimé cet article ? Encourage nous en le partageant sur tes réseaux sociaux !
2017-08-31T14:47:55+00:000 commentaire

Laisser un commentaire