Tu rêves d’explorer la Nouvelle-Zélande au volant d’un van, alors cet article est fait pour toi ! Acheter un véhicule en Nouvelle-Zélande est plutôt facile et rapide contrairement à beaucoup d’autres pays. Nous partageons donc notre expérience, avec une pincée de conseils et de liens afin de t’aider dans toutes les étapes pour acheter un van en Nouvelle-Zélande et te lancer dans un road-trip mémorable.

Acheter van Nouvelle-Zélande - Les étapes

Louer ou acheter un van ?

Vous êtes plusieurs voyageurs à nous avoir sollicité, car vous hésitiez entre l’achat et la location d’un véhicule. Certes, le processus pour acheter n’est pas très compliqué en Nouvelle-Zélande. Mais cela peut facilement te prendre 2 semaines le temps de faire la recherche et de le revendre à la fin de ton séjour. Tout cela, c’est sans compter le temps que tu vas prendre pour mettre l’annonce et gérer les nombreux acheteurs qui te contactent). C’est une solution qui nous semble envisageable seulement si tu restes un minimum de 2 mois, sinon on te recommande de louer un véhicule pour profiter pleinement du temps que tu as sur place. Ça serait tellement dommage d’être si loin et de ne pas avoir le temps de correctement profiter de ce beau pays. Si tu décides de louer un véhicule, on t’a concocté un article spécial :

Faut-il acheter son véhicule avant d’arriver en Nouvelle-Zélande ?

La solution qui consiste à chercher/acheter un véhicule avant d’être en Nouvelle-Zélande n’est pas la plus recommandée. D’une part, il est impossible de vérifier l’état réel du véhicule à distance et les arnaques existent comme partout ailleurs. D’autre part, les vendeurs veulent bien souvent vendre TOUT DE SUITE ! Il est donc difficile de réserver un véhicule d’autant que cela implique souvent de verser une somme d’argent sans avoir vu le véhicule.

Où chercher son van ?

Dans un nouveau pays, il n’est pas toujours facile de savoir où chercher, car les sites Internet et les habitudes changent. En Nouvelle-Zélande, il est possible d’utiliser les sources suivantes :

  • Les annonces dans les auberges de jeunesse : cette solution n’a pas été d’un grand succès pour nous.
  • Les garages : on a trouvé que la plupart des voitures proposées étaient d’un autre âge et surtout très chères pour leur état. Cela ressemblait plutôt à un attrape touristes qu’à des bonnes affaires.
  • Carfair : sorte de marché public de vente de voiture entre particulier. Dans la région d’Auckland on en trouve deux:

    L’avantage de ce type de marché automobile, c’est que tu peux faire l’inspection pré-achat sur place.

  • Les sites Internet de petites annonces comme Trademe (le « leboncoin » local ) ou encore les petites annonces de Frogs.
  • Réseaux sociaux : sans aucun doute le meilleur moyen et le plus simple notamment les nombreux groupes Facebook francophones ou anglophones (ex : New Zealand Network Backpackers, Français en Nouvelle-Zélande/French in New Zealand,…).

Y a-t-il une période plus facile pour acheter son van ?

En Nouvelle-Zélande, il y a un roulement important de voyageurs qui arrivent et qui partent toute l’année. Mais, l’affluence est plus importante à la belle saison (de novembre à avril) et moindre en hiver (juin à septembre). Par conséquence, il est plus facile d’acheter et de négocier le prix d’un van à la basse saison (moins de concurrence d’acheteurs et plus d’offre). En haute saison, les vans partent comme des petits pains. Pour te donner une idée, il n’était pas rare que des visites soient annulées avant même qu’on ait pu voir le véhicule car celui avait déjà été vendu. La période à laquelle tu cherches aura donc une grande incidence sur la facilité de trouver celui de tes rêves dans ton budget.

CONSEILS :

  • En haute saison, planifie tes visites le plus rapidement possible (idéalement dans l’heure) pour ne pas voir les occasions te passer sous le nez.
  • N’hésite pas à demander au vendeur de te recontacter si sa vente capote. Des fois, des choses imprévisibles peuvent se produire et son lot de bonnes nouvelles. Pour te donner un exemple, un vendeur avait annulé notre visite à la dernière minute car il avait trouvé un acheteur. Il nous a recontacté quelques jours plus tard, car la vente avait finalement capoté. Cela a été finalement le van qu’on a acheté .
Acheter van Nouvelle-Zélande - Les étapes

Quand acheter au meilleur prix ?

À savoir : il y a une forte différence de prix en fonction de la saison !

Durant la saison haute (novembre-février), les prix sont nettement plus élevés qu’à l’automne (mars-mai) et encore plus que l’hiver (juin-septembre). Si tu achètes en saison haute et revends à une autre période, tu risques de perdre un peu d’argent (mais rien à voir avec le coût d’une location). Par contre, si tu fais l’inverse : acheter en saison basse et vendre en saison haute, l’opération peut être quasi nulle (ou mieux encore) ! C’est donc un élément à prendre en compte lorsque tu organises et budgétises ton voyage.

Quoi vérifier sur le véhicule lors de la visite ?

On déconseille fortement d’acheter un van sans faire un minimum de vérifications sur son état réel. Car d’une part, il faut bien reconnaître que les backpackers/voyageurs ne sont pas les plus soigneux avec leur véhicule. D’autre part, un problème technique majeur ne donne pas toujours de signes précurseurs.

Voici ce qu’on a contrôlé lors de l’achat de notre véhicule pour vérifier l’état du véhicule et se faire une idée des futurs frais pour budgeter notre voyage et aussi négocier le prix.

ADMINISTRATIF

  • Date du dernier WOF (Warrant of Fitness) : il est préférable qu’il ait été fait dans le dernier mois pour être sûr de l’état actuel du véhicule.
  • Date de fin de la Registration (REGO) : pour vérifier jusqu’à quand le véhicule est enregistré. Chaque véhicule doit en effet être enregistré à l’administration pour pouvoir rouler sur la voie publique. La REGO peut se payer pour 3 mois, 6 mois ou 12 mois.
  • Paiement des kilomètres (RUC) à jour pour les voitures diesel. En effet, pour les véhicules diesel, le prix du carburant étant moindre que celui des véhicules à essence, la Nouvelle-Zélande a instauré une taxe au kilomètre. Il est nécessaire de payer ces kilomètres à l’avance par unité de 1000 km. Lors de l’achat, il est donc important de vérifier que les kilomètres ont bien été payés par son propriétaire pour ne pas se retrouver avec une belle ardoise en cas de contrôle.
  • Vérifier les factures d’entretien du véhicule.
  • Vérifier gratuitement que le véhicule n’est pas volé sur le site de la police néo-zélandaise;
  • Il est possible de demander un rapport d’information sur le véhicule ( VIR – Vehicle Information Report) sur le site de MotorWeb. Cela permet de vérifier les informations du véhicule (propriétaire du véhicule, véhicule volé, kilomètres payés, etc.). Il suffit pour cela de connaître la plaque d’immatriculation du véhicule. Il existe une version gratuite avec des informations partielles sinon il faut compter environ 20 $. Ce rapport peut-être utile aussi pour vérifier que le compteur du véhicule n’a pas été trafiqué (chose qu’on a malheureusement observé faire par certains voyageurs peu scrupuleux).

ÉTAT GÉNÉRAL

  • Attention à la rouille au niveau des portes ou traces de peinture pour la recouvrir, car la rouille peut être un élément de refus du WOF. Le coût de ce type de réparations peut vite atteindre des montants importants.
  • Fermeture des portes et des fenêtres.
  • Fonctionnement des ceintures de sécurité.
  • Les contrôles électriques fonctionnent normalement (vitres,rétroviseurs, …).
  • Outils et roue de secours en bon état.

MÉCANIQUE

  • Essence ou diesel : Les moteurs diesel ont souvent plus de reprises sur les vans ce qui peut être un avantage dans les routes sinueuses de Nouvelle-Zélande. Mais, il faut savoir que la vidange d’un moteur diesel coûte plus cher qu’un moteur essence. Par ailleurs, ne pense pas faire d’économie avec le carburant, car le prix est compensé par le RUC.
  • État des pneus : Si les pneus sont en fin de vie, cela peut être un élément de négociation du prix.
  • Amortisseurs : vérifier en appuyant sur la voiture ou lors de sa conduite. Le véhicule ne doit pas rebondir plus de deux fois sinon c’est qu’il est temps de les changer. Encore une fois, ce n’est pas rédhibitoire, mais cela doit permettre de négocier le prix de vente.
  • Moteur : regarder l’état, vérifier la couleur et le niveau de l’huile;
  • Chaîne ou courroie de distribution : l’avantage de la chaîne, c’est que tu ne dois pas la changer;
  • Vidange : vérifier quand elle a été faite (maximum tous les 10 000 km pour des vieux véhicules);
  • Batterie : voir la date du dernier changement;

CONDUIRE LE VÉHICULE

  • Facilité à démarrer le véhicule;
  • Contrôler l’efficacité des freins ;
  • Tester le bon fonctionnement du frein à main;
  • Vérifier le parallélisme: lâcher le volant dans une ligne droite et vérifier que le véhicule n’a pas tendance à partir à gauche ou à droite.
  • Tester les essuie-glaces, les phares, les clignotants, le klaxon ;
  • Écouter le bruit du moteur ;
  • Tester tous les rapports de la boîte de vitesse ;
  • Vérifier qu’il n’y a pas de fumée épaisse qui sort du pot d’échappement au démarrage ;
Acheter van Nouvelle-Zélande - Les étapes

Quels sont les termes en anglais à connaître pour vérifier le véhicule ?

Si le vendeur est anglophone, alors un peu de vocabulaire te sera bien utile pour te faire comprendre. Voici un petit rappel des principaux termes :

  • Amortisseur : Shock absorber
  • Boite de vitesse : Gear box
  • Cardan : Steering rack boot
  • Direction assistée : Power steering
  • Embrayage : Clutch
  • Essuie-glace : Wiper
  • Pare-brise : Windscreen
  • Fuite d’huile : Oil Leak
  • Liquide de refroidissement : Coolant fluid
  • Plaquettes de frein : Brake pads
  • Pot d’échappement : Exhaust
  • Pneu d’occasion : Second hand tyre
  • Réparation : Repair
  • Rouille : Rust
  • Vidange : Oil change
  • Volant : Steering wheel
  • Roue de secours : Spare tire

Est-il possible de faire une inspection mécanique officielle du véhicule ?

Si tu ne te sens pas capable d’inspecter par toi-même le véhicule ou que tu souhaites éviter les mauvaises surprises pendant ton road-trip, il est possible de payer une inspection pré-achat (Pre-Purchase inspection en anglais). Il s’agit d’un check-up complet fait par un garagiste professionnel qui va lister les éventuels problèmes (y compris mécaniques contrairement au WOF) et t’informer sur l’usure générale du véhicule. Le mieux est de le faire dans un organisme officiel comme VTNZ  ou AA, car ils sont plus pointilleux. Il faut compter entre 120$ NZ et 150$ NZ. On trouve que c’est un faible prix à payer pour s’assurer de l’état du véhicule. Et puis, cela est un excellent moyen pour négocier le prix de vente en cas de problème détecté.

Comment payer le propriétaire du véhicule ?

Une fois le van de tes rêves trouvé, l’inspection faite et un prix de vente fixé, il faut organiser le paiement du propriétaire. La situation peut être plus ou moins compliquée en fonction de la nationalité du vendeur et de ses projets :

  • Si le vendeur vient d’un pays qui utilise l’Euro : c’est la solution la plus simple car un virement bancaire en Euro fera bien souvent l’affaire des deux parties.
  • Si le vendeur vient d’un pays qui n’utilise pas l’Euro : il faudra déterminer avec lui en quelle devise il préfère être payé et prévoir dans son budget les éventuels frais de change. Par ailleurs, sache qu’il est souvent difficile de pouvoir retirer en cash une grande somme d’argent dans un délai très court. Mieux vaut donc anticiper la situation avant le jour J pour ne pas faire capoter la vente en t’informant sur ton plafond de retrait.

Après c’est une étape où la confiance rentre en jeu car le vendeur veut s’assurer d’avoir reçu le paiement avant de quitter le pays et l’acheteur veut le van dès le paiement effectué. Dans notre cas, nous avions décidé de faire un virement bancaire quelques jours avant le transfert de propriété pour que le vendeur est l’argent le jour de la vente. En échange, il est recommandé de récupérer le passeport du vendeur pour éviter que celui-ci disparaisse dans la nature avec votre argent et votre van.

Dans le cas où tu paies le vendeur par virement bancaire, il est souvent nécessaire de prendre en compte un certain délai (24h ou 48h) avant de pouvoir effectuer le virement lors de l’ajout d’un nouveau bénéficiaire chez de nombreuses banques.

Comment et où faire le changement de propriétaire du véhicule ?

Une fois le van de tes rêves trouvé et un prix de vente fixé, il reste à effectuer le changement de propriétaire. Le jour de la vente, il suffit de se rendre dans une poste qui fait le changement de propriétaire (la majorité des postes le font). Cela se résume seulement à remplir un document pour le propriétaire et un autre pour l’acheteur. On a difficilement vu plus simple pour effectuer le changement de propriétaire d’un véhicule ! Le tout se fait très rapidement : en moins de 20 minutes chrono. Le véhicule et les clefs sont bien souvent à toi avant que tu ais le temps de le réaliser !

Acheter van Nouvelle-Zélande - Document de propriété

Combien coûte le changement de propriétaire du véhicule ?

Le changement de propriétaire d’un véhicule coûte 9$ NZ. Habituellement payé par l’acheteur.

Tout savoir sur le WOF – Warrant of fitness

Qu’est ce que le WOF – Warrant of fitness?

Le WOF est l’équivalent du contrôle technique en Nouvelle-Zélande afin de s’assurer que le véhicule respecte bien les règles de sécurité. Chaque véhicule qui roule sur l’espace publique doit avoir un WOF valide.

Quand renouveler le WOF de son véhicule ?

Pour les véhicules immatriculés pour la première fois après le 1er janvier 2000, l’inspection du WOF est valable 1 an.
Pour les véhicules immatriculés pour la première fois avant le 1er janvier 2000, l’inspection du WOF est valable 6 mois.
En fonction de la dernière date d’inspection du véhicule, il suffit de calculer le délai restant avant la prochaine inspection.

Comment savoir la date du dernier WOF ?

La date du dernier WOF doit figurée sur une vignette obligatoire au niveau du pare-brise du véhicule.

Où effectuer le WOF de son véhicule ?

De nombreux garages offrent ce service sur tout le territoire néo-zélandais.

Quel est le prix du WOF ?

Les prix peuvent énormément varier d’un endroit à l’autre de 50$ à 100$. Il ne faudra donc pas hésiter à faire ses courses pour trouver le meilleur rapport qualité/prix.

Tout savoir sur le Car Registration

Qu’est ce que le Car registration ?

Pour avoir le droit de circuler en Nouvelle-Zélande, un véhicule doit également être enregistré (en plus d’être immatriculé). C’est ce qu’on appelle le Car registration.

Ou faire le Car registration ?

Le Car registration se fait dans les bureaux de poste partout sur le territoire néo-zélandais comme le changement de propriétaire.

À savoir : tous les bureaux de poste n’offrent pas ce service, il faut donc vérifier au préalable.

Quel est le prix du Car registration ?

Il faut compter entre 200$ et 300$ pour l’enregistrement dépendamment du véhicule et de la durée d’enregistrement.

Combien de temps est valable le Car registration ?

L’enregistrement du véhicule peut être fait sur 6 mois ou 1 an. Il est toutefois plus avantageux financièrement de le payer directement sur 1 an plutôt que de renouveler pour 6 mois.

Tout savoir sur le RUC – Road User Charges

Qu’est ce que le RUC – Road User Charges ?

Pour compenser l’absence de taxation à la source du diesel, tout conducteur d’un véhicule diesel doit payer des droits d’utilisation de la route appelés RUC.

Quand acheter les RUC ?

Il est nécessaire d’acheter les RUC avant de rouler la distance couverte. Par exemple, tu as acheté 5 000km de RUC et ton compteur affiche 4 900km. Si tu sais que tu vas encore faire 1500km, tu dois acheter 2000km de RUC supplémentaire avant d’atteindre les 5000 km sur ton compteur. Les RUC ne se vendent que par multiple de 1 000km.

Ou acheter des RUC ?

Comme pour le changement de propriétaire et l’enregistrement du véhicule, l’achat de RUC peut se faire dans les bureaux de poste partout sur le territoire néo-zélandais.

À savoir : tous les bureaux de poste n’offrent pas ce service, il faut donc vérifier au préalable.

Quel est le prix des RUC ?

Les RUC se vendent par multiple de 1000km. Le prix de chaque RUC dépend du poids et du type du véhicule. Pour un véhicule de moins de 3.5 tonnes (habituellement le cas pour un van) le prix est de 72$NZ par unité de 1 000km.

Nous nous sommes rendu compte à la fin de notre séjour que le prix semble dégressif (on a payé en 2016 132 $ NZ pour 2000 km, 318 $ NZ pour 5000 km, etc.). Il est donc préférable de faire une estimation grossière et d’acheter un premier lot dès le début plutôt que payer 1000 km par 1000 km.

Faut-il souscrire une assurance automobile ?

Il n’est pas obligatoire de souscrire une assurance automobile en Nouvelle-Zélande. Mais, on ne peut que recommander de le faire, car avec les routes sinueuses de ce pays, un accident est vite arrivé.

Par contre, en tant que voyageur (PVT ou non) il est impossible d’assurer un véhicule tous risques et couvrir les dégâts causés sur son propre véhicule ! On a donc opté pour l’assurance spéciale backpacker proposée par le site internet Frogs. Il y a deux couvertures au choix :

  • L’assurance au tiers seule  – en cas d’accident, tu es couvert en cas de blessure/décès d’une tierce personne ainsi que pour tous les dommages causés aux véhicules et biens d’autrui, à hauteur d’un maximum de 1.000.000 NZ$.
  • L’assurance au tiers + vol et incendie – tu bénéficies des garanties de l’option 1 + d’une garantie vol et incendie (accidentel) à hauteur d’un maximum de 3 500 NZ$.
  • En complément, l’option Assistance-dépannage  partout en Nouvelle-Zélande pour $114 par an, proposée lors de la souscription.

L’avantage est que tout se fait en ligne, il n’y a donc pas de problème de recevoir du courrier quelque part. Pour plus de détails et/ou souscrire clique ICI.

Tout savoir sur la certification “Self-contained”

Qu’est ce que la certification “Self-contained” ?

Acheter van Nouvelle-Zélande - Certification Self-contained

Cette certification implique que tu puisses être autonome pendant 3 jours avec ton véhicule tout en étant respectueux de l’environnement, c’est-à-dire pour résumer en conservant tes déchets et ton eau sale. Pour cela, ton véhicule doit être équipé d’une toilette (qui peut être portable), d’un évier ou une bassine, de quoi raccorder ces éléments à un container hermétique pour stocker les eaux usées, une poubelle et une réserve d’eau.

À quoi sert cette certification “Self-contained” ?

Cette certification te donne accès à des endroits où dormir qui n’ont pas de commodités, la plupart du temps gratuitement et en pleine nature. Il suffit juste de respecter les conditions de durée et les emplacements si c’est le cas. Il permet donc de bénéficier d’une plus grande liberté pendant son voyage. Par exemple, dans la région du Coromandel, le camping sauvage est strictement réservé aux véhicules certifiés.

Quels sont les critères pour la certification “Self-contained” ?

Son véhicule doit disposer des éléments suivants :

  • Un bidon de 24 L d’eau potable (4 litres par personne par jour pour 3 jours) ;
  • Un bidon de 25 L pour les eaux usées, d’une capacité supérieure de 5 % de plus que celui du bidon d’eau potable (25 litres dans notre cas). N. B. : Le bidon doit être fermé par un bouchon et doit être relié à l’évier par un tuyau opaque + un tuyau de 3 m minimum peut être exigé lorsque votre bidon d’eaux usées n’est pas amovible, afin de le relier à la station de vidange (dump station).
  • Un évier raccordé au bidon des eaux usées (une bassine semble aussi faire l’affaire) ;
  • Un toilette. Il peut être portable. Il doit comprendre un espace où l’eau sale est stockée ;
  • Une poubelle avec couvercle.

Comment obtenir la certification “Self-contained” ?

Lors de notre voyage en Nouvelle-Zélande en 2015-2016, nous avions fait certifier notre van par l’association de camping-cariste NZMCA.

Il fallait sélectionner et prendre rendez-vous avec deux inspecteurs de son choix parmi la liste proposée sur leur site Internet NZMCA. Le premier inspecteur fait une première validation des critères de certification. Puis, tu passes devant un deuxième inspecteur pour obtenir la certification. Si l’inspection est réussie, l’inspecteur te colle la vignette sur ton véhicule et transmet le formulaire d’inspection à l’association NZMCA pour valider la certification. Les personnes sont très aidantes, par exemple dans notre cas, un des inspecteurs nous avait suggéré de changer un tuyau trop rigide pour favoriser l’écoulement de l’eau. Et, quelques minutes plus tard, il était ressorti de son garage avec le bon tuyau qu’il nous avait gentiment offert… !

Cela prend entre 8-10 jours pour recevoir le document officiel, mais heureusement tu as le droit de dormir dans les endroits réservés aux véhicules self-contained dès que l’inspection est validée. Il est possible de se faire envoyer la certification à une poste en Poste restante. La poste garde alors le courrier 7 jours gratuitement, puis c’est 2,50 $ NZ par semaine. Cette certification peut donner une plus-value intéressante lors de la revente de son véhicule.

MAJ : depuis 2017, la NZMCA ne certifie que les véhicules de ses membres. Il faut donc cotiser en plus à l’association pour pouvoir recourir à leur service. Il est désormais sans doute plus économique de faire appel à d’autres compagnies. Voici une liste des possibilités :

Quel est le prix de la certification “Self-contained” ?

Le coût de la certification avec NZMCA est de 55$ (en 2016) 220 $ NZ (en 2019). Elle doit être payée au deuxième inspecteur qui s’occupe de transmettre l’argent à l’association. Ce montant comprend les frais d’admission de 130 $ NZ et les frais de souscription à l’association pour 1 an de 90 $ NZ). Pour les autres services, il faut compter un budget similaire (sans cotisation à l’association) compris entre 100 – 150$ (en 2019).

Où équiper son véhicule ?

Il existe plusieurs chaînes de magasin et certaines solutions alternatives pour équiper son van :

  • The Warehouse (hypermarché style Auchan, Carrefour) : literie, réchaud, vaisselle, bassine, chaise de camping, etc.
  • Bunnings (magasin de bricolage style Castorama, Leroy merlin) : réchaud portatif, bouteille de gaz vide, matériel de bricolage, etc.
  • Station essence : remplir bouteille de gaz, allume-gaz, allumettes, etc.
  • The Salvation Army: affaires d’occasion vendues grâce à des dons.

Tu connais maintenant tout pour acheter ton van en Nouvelle-Zélande. Il ne te reste plus qu’à prendre ton billet pour la Nouvelle-Zélande !