Le nord de la côte Est de l’île du Nord est un peu l’oubliée de la Nouvelle-Zélande. C’est pourtant la région où la culture maorie est aujourd’hui encore la plus vivante avec des maraes qui fleurissent un peu partout dans le paysage. L’endroit regorge également de plages et de baies sauvages qui ne manquent pas de charme. Alors, piqué par notre curiosité, on décide de faire un petit road-trip pour découvrir cette région et notamment observer le premier lever de soleil du monde au East Cape. Voici un tour d’horizon des points d’intérêts qui jalonnent la Pacific Coast Highway : la route du East Cape entre Opotiki et Gisborne.

Kia ora, Haere Mai on the East Coast ! Bonjour, Bienvenue sur la côte Est !

SOMMAIRE – PACIFIC COAST HIGHWAY – EAST CAPE

Pacifica Coast Highway - East Cape - Carte - Nouvelle-Zélande

Carte des lieux d’intérêt sur la Pacific Coast Highway – East Cape en Nouvelle-Zélande

La Pacific Coast Highway est une route panoramique qui serpente le long de la côte du pacifique sur l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande d’Auckland jusqu’à Napier. Dans cet article, on ne parlera que de la section comprise entre les villes d’Opotiki et Gisborne. Au départ de cette portion de la route, on peut apercevoir au loin l’île de White island et la fumée qui s’en dégage. C’est le volcan le plus actif et le plus jeune de la Nouvelle-Zélande. Il est d’ailleurs possible de se rendre sur l’île en bateau grâce à des tours organisés depuis Whakatane.

Il faut compter environ 400km de route entre Opotiki et Gisborne incluant les différentes extensions pour accéder aux points d’intérêts. Mieux vaut prévoir de faire le plein de carburant et de nourriture avant de se lancer sur la route, car la région est plutôt isolée et les stations essences et magasins se font très rares.

SCULPTURES MAORIES DE L’ÉCOLE DE TORERE

Notre premier arrêt sur la route depuis Opotiki est le village de Torere pour admirer les sculptures maories de la devanture d’une école. Ce sont sans conteste parmi les plus belles qu’on ait vu lors de notre séjour en Nouvelle-Zélande. Le fait que cela soit dans le cadre d’une école rajoute une certaine authenticité à l’endroit.

Coordonnées GPS – École de Torere : 37°56’49.2″S 177°29’36.1″E

La route panoramique serpente le long de la côte et une succession de plages sauvages et désertes se succèdent. On sent que l’océan est ici plus agité, car de nombreux débris naturels jonchent les plages.

Coordonnées GPS – Point de vue sur la côte : 37°54’18.9″S 177°33’00.9″E

OMAIO – OTUWHARE MARAE

Quelques kilomètres plus loin, on sort un court instant de la route principale pour s’approcher de la marae du village d’Omaio. Le plus marquant, ce sont les sculptures du porche d’entrée. C’est aussi tout simplement l’occasion de profiter de la plage. À noter que des toilettes publiques sont disponibles – chose plutôt rare dans les environs. Un peu plus loin sur la route principale, on passe aussi devant la marae d’Otuwhare. C’est encore une fois son porche d’entrée qui attire notre regard.

Coordonnées GPS – Omaio Marae : 37°48’51.6″S 177°37’51.7″E

Coordonnées GPS – Otuwhare Marae : 37°48’36.3″S 177°38’41.0″E

WAIRURU MARAE

Le littoral offre une alternance de côtes rocheuses et de petites baies. Parfois, c’est une longue plage de sable comme dans le cas de la Papatea Bay. Au bout de cette plage, semblant perdue au milieu de nulle part, on peut admirer le portail d’entrée de la Marae de Wairuru. Un bataillon de soldats maoris sont gravés avec une précision déconcertante.

Coordonnées GPS – Wairuru Marae : 37°38’52.5″S 177°52’31.0″E

L’atmosphère qui règne sur le parcours est étrange. On ne la retrouvera nulle part ailleurs en Nouvelle-Zélande. En effet, lorsqu’on traverse de petits hameaux qui parsèment le bord de la côte, le temps semble figé. Tout est calme, on ne croise presque pas âme qui vive et la plupart des maisons sont dans un piteux état. C’est comme si rien n’avait changé depuis des décennies et que les lieux étaient progressivement abandonnés. Tout cela laisse penser que la vie ne doit pas être rose tous les jours dans les environs et que la pauvreté frappe aussi la Nouvelle-Zélande.

CAPE RUNAWAY

On fait un dernier arrêt sur cette partie de la côte sur la plage de Whangaparaoa au niveau du Cape Runaway. Cette plage a une signification particulière puisque c’est là où les premiers propriétaires maoris de ces terres ont débarqué dans leur canoe depuis la Polynésie. Se dire que des êtres humains ont pu affronter les eaux tumultueuses du Pacifique depuis les lointaines îles de Polynésie dans ces petites embarcations de fortune est assez incroyable !

Coordonnées GPS – Cape Runaway : 37°34’21.0″S 177°59’37.6″E

LOTTIN POINT

À partir de la baie de Whangaparaoa, la route s’enfonce un peu plus dans les terres et ce n’est pas la portion la plus intéressante. On se rapproche de nouveau de la côte seulement au niveau du village de Potaka. Il faut alors emprunter une route secondaire très étroite en direction de Lottin Point. En se rapprochant de la côte, la route surplombe le littoral et offre un joli panorama. Il est possible de poursuivre sur une route de terre jusqu’à une plage (route de droite) ou de longer un moment la côte (route de gauche) mais celle-ci n’offre pas vraiment de point de vue.

Coordonnées GPS – Lottin Point : 37°33’20.0″S 178°09’13.5″E

Lorsqu’on arrive sur la côte Est, le soleil se couche sur la longue plage de Hicks bay. Aucune agitation n’anime les lieux. Seuls les éléments donnent vie à l’ensemble.

Coordonnées GPS – Hicks bay : 37°35’55.4″S 178°19’06.5″E

EAST CAPE – PREMIER LEVER DE SOLEIL AU MONDE

À la fin de cette longue plage, au niveau du village de Te Araroa, se trouve la bifurcation pour East Cape et son phare. Ce cap constitue le point le plus à l’est de la Nouvelle-Zélande et donc un des premiers endroits sur terre où observer le lever du soleil chaque jour. Pour s’y rendre, il faut emprunter 21 km de pistes au pied des falaises de grès. Cette piste est d’ailleurs progressivement engloutie par l’océan. Elle a donc déjà été refaite, mais son état est pour le moins précaire et aléatoire. Se rendre à East Cape est donc déjà une partie de l’aventure.

Pour profiter du lever de soleil, il faut gravir les 800 marches jusqu’au phare de East Cape. Cela met tout de suite en condition de bon matin. Malheureusement pour nous, le temps est tellement nuageux que l’on ne verra pas le soleil se lever (un peu maudit d’ailleurs à ce sujet en Nouvelle-Zélande). C’est un peu la déception… mais les environs sous cette masse de nuages dévoilent quand même leur charme.

Coordonnées GPS – East cape : 37°41’31.4″S 178°32’39.6″E

ÉGLISE DE TIKITIKI

De retour sur la Pacific Coast Highway s’ensuit une longue section au milieu des terres sans intérêt particulier à part le village de Tikitiki au bord de la rivière Waiapu. Intrigués par une église, on s’en approche. C’est l’église de St Mary’s Church. Il est possible de rentrer à l’intérieur, alors on en profite. Chose surprenante, cette église est ouverte à tous les cultes et non dédiée à un seul. On trouve l’idée vraiment géniale ! Il faut dire que depuis le début de notre voyage en Nouvelle-Zélande, on constate partout un grand respect des différences culturelles. À l’intérieur, il y a comme souvent un autel et des vitraux colorés, mais le style des sculptures en bois est par contre lui plutôt maori.

Coordonnées GPS – Tikitiki St Mary’s Church : 37°47’45.1″S 178°24’33.5″E

WAIPIRO BAY

Depuis Te Araroa, la Pacific Coast Highway ne longe plus la côte, mais traverse les terres cultivées et longe la rivière Waiapu depuis le village de Tikitiki. On saisit donc l’opportunité de quitter temporairement la route principale pour se rapprocher de la baie de Waipiro entre deux chaînes de montagnes. À notre arrivée, on assiste à une situation rigolote. Un petit garçon maori (aux alentours de 5 ans) est en train de jouer sur le bord de la route tout nu. Il nous fait coucou avec un grand sourire avant que sa mère vienne le chercher.

Le petit hameau de Waipiro Bay à un vrai charme champêtre avec ses maisons au milieu des champs. Les maisons en bon état côtoient toutefois les bâtiments laissés à l’abandon. Pour flâner dans l’endroit, rien de tel qu’un pique-nique sur la plage de Waipiro au pied de l’église du village.

Coordonnées GPS – Waipiro bay : 38°01’07.3″S 178°20’05.0″E

TOKOMARU BAY

De retour sur la Pacific Coast Highway, on retrouve la côte au niveau du village de Tokomaru bay. On peut y observer les pêcheurs qui trient leurs poissons près de la jetée. La baie offre un paysage différent avec de hautes falaises de grès blancs qui plongent abruptement dans un océan d’un bleu azur. Au nord de la baie se trouve également une longue jetée sur laquelle il est possible de se promener.

Coordonnées GPS – Tokomaru bay : 38°06’23.0″S 178°21’07.4″E

ANAURA BAY

Une vingtaine de kilomètres plus au sud, on quitte encore une fois la Pacific Coast Highway pour emprunter une étroite route de campagne et découvrir un petit paradis caché : Anaura bay. C’est une des baies dans laquelle l’explorateur britannique James Cook a accosté lors de son exploration de la région. La route en elle-même offre déjà de splendides panoramas sur la côte et la campagne néo-zélandais. Personnellement, on ne se lasse pas de ce contraste entre la verdure et le bleu de l’océan ! Clairement un de nos coups de coeur de ce road trip.

Coordonnées GPS – Anaura bay : 38°14’50.3″S 178°18’58.6″E

Au nord de la baie se trouve le camping du DOC – Anaura bay au bord de la plage. C’est également le départ d’une randonnée qui permet de prendre un peu de hauteur et de profiter de magnifiques points de vue sur la baie.

Anaura bay walkway

Départ / Arrivée : à proximité du camping du DOC au nord de la baie. Coordonnées GPS : 38°13’55.5″S 178°18’30.0″E

Durée : 2h (boucle)

Distance : 4.5 km (boucle)

Difficulté : Intermédiaire

Le sentier d’Anaura bay walkway fait une boucle qui débute par une courte traversée dans la forêt avant de rejoindre une sorte de crête qui offre des points de vue sur la baie d’Anaura et l’île de Motuoroi qui trône au milieu. Le chemin descend ensuite en direction de la vallée en traversant la forêt avant de longer un ruisseau pour rejoindre la route.

TOLAGA BAY

Au niveau de Tolaga bay, on délaisse encore une fois notre van pour explorer l’endroit à pied. On peut pour commencer se promener sur le plus long quai de l’hémisphère sud (660m) pour observer les surfeurs profiter des vagues de l’océan Pacifique.

Coordonnées GPS – Tolaga bay : 38°22’58.3″S 178°19’03.9″E

Pour une randonnée plus sérieuse, il y a Cooks Cove walkway. Ce sentier permet de prendre un peu de hauteur pour admirer les falaises de grès blanc se jeter dans l’océan azur. C’est également l’occasion de découvrir une arche creusée dans la roche par l’océan. C’est pour nous une des plus belles randonnées de la région.

Cooks Cove Walkway

Départ / Arrivée : petite parking en terre sur la route menant au quai de Tolaga bay Wharf. Coordonnées GPS : 38°23’08.0″S 178°19’05.5″E

Durée : 1h30 (aller-retour)

Distance : 5 km (aller-retour)

Difficulté : Intermédiaire

GISBORNE

Gisborne est l’une des plus importantes villes de la côte Est de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Malgré un certain charme de station balnéaire, rien ne retient véritablement notre attention dans la ville. On apprécie juste d’y poser nos valises (enfin, notre sac à dos …) quelques jours pour simplement profiter de la plage et des levers de soleil. C’est aussi un bon endroit pour s’initier au surf.

Coordonnées GPS – Gisborne : 38°40’25.2″S 177°59’29.9″E

RERE FALLS

On s’évade l’espace d’une journée de Gisborne pour prendre la direction des Rere falls. Ces chutes sont à environ 50km de la ville en plein coeur de la campagne néo-zélandaise. Les chutes en elle-même sont plutôt photogéniques. Mais, ce n’est pas vraiment ce qui nous a attiré dans les environs.

Coordonnées GPS – Rere falls : 38°32’17.0″S 177°36’34.7″E

On prend rapidement la direction de Rere rockslides à 2km de là. Il s’agit d’un toboggan naturel crée par la rivière et mère Nature. Comme tu peux t’en douter, l’activité amusante à faire est de glisser sur cette paroi rocheuse. Les plus téméraires descendent à toute allure debout sur des planches en bois. De notre côté, on s’y aventure avec un matelas pneumatique, qui est la seule chose qu’on ait sous la main. Le matelas à tendance à tourner dans la descente, alors Sandrine se met en mode crabe accroché à son rocher. Plus sérieusement, cela glisse bien moins rapidement qu’avec une planche en bois mais cela reste bien fun quand même. Attention, on moment de remonter car la roche est extrêmement glissante.

Coordonnées GPS – Rere rockslides : 38°32’23.6″S 177°35’20.9″E

POVERTY BAY

On termine notre exploration du East Cape et de cette section de la Pacific Coast Highway à Poverty bay. Il s’agit de l’immense baie au nord de laquelle se trouve la ville de Gisborne. À son extrémité sud, à la plage de Muriwai, on se rapproche à pied des immenses falaises de gré blanc. Le contraste des couleurs entre les falaises blanches, l’eau azur et la végétation jaunie est superbe. Dommage qu’il n’y aucun sentier de randonnée pour monter sur les hauteurs.

Coordonnées GPS – Poverty bay : 38°45’01.8″S 177°56’04.6″E

NOTRE AVIS SUR LA PACIFIC COAST HIGHWAY – EAST CAPE

On avait seulement 2-3 jours jours pour explorer la côte Nord-Est de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Alors, on n’a pas vraiment pu s’imprégner des lieux comme on le fait habituellement. Reste qu’on ne peut s’empêcher d’être un peu déçu par cette région. D’une part, on pensait naïvement que faire du camping sauvage serait une simple formalité tant cette zone est peu touristique. Mais, en réalité, toute la région est une propriété privée maorie et le camping sauvage est interdit presque partout. C’est un des endroits de la Nouvelle-Zélande où cela a été le plus difficile de camper librement.

D’autre part, il y a assez peu de chose à faire en route. Notamment sur la partie Ouest de la Pacific Coast Highway entre Opotiki et East Cape. Il n’y a aucun sentier de randonnée et les plages ne sont pas les plus propices au farniente. Alors, en mode road trip pure et dur ce n’est pas trop gênant. Mais, ce n’est pas vraiment le mode de voyage qui nous crée les plus belles expériences.

En contrepartie, la culture maorie est très présente. Chaque village ou hameau possède sa marae. C’est pour nous la région la plus authentique pour s’imprégner de la culture et de l’art de vivre maori. On est très loin du business touristique de Rotorua et tant mieux !

La côte Est, nous a plus séduit par ses paysages avec ses hautes falaises de grès blanc et ses quelques baies paradisiaques. Et puis, comment oublier le toboggan naturel de Rere. C’est pas tous les jours qu’on peut glisser sur une cascade ! Si on avait eu un peu plus de temps, on se serait lancé dans l’ascension du mont Hikurangi en plein coeur de la réserve de Raukumara pour y admirer les sculptures maories et le lever du soleil.

Expérience :