La Great Walk du Routeburn Track à la journée

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le Routeburn Track est considéré comme un des plus beaux treks de Nouvelle-Zélande. À ce titre, c’est l’une des 9 Great Walk de Nouvelle-Zélande. Ceci implique qu’il amène un flot de touristes, des aménagements en conséquence et le prix qui va avec pour les huts et le camping. Pour autant, on aimerait bien parcourir le Routeburn Track sans se ruiner. Alors, la question de randonner à la journée se pose.

Hé bien, sache qu’il est possible d’en faire les parties les plus intéressantes en partant uniquement à la journée. C’est le choix que nous avons fait et on va t’expliquer comment dans cet article.

Sortie à la journée : comment s’y prendre ?

Routeburn trackCe trek est relativement court (32 km), alors certains le tentent dans une grosse journée. Mais même avec cette solution cela ne résout pas le problème que ce n’est pas une boucle. Il implique de trouver un transport pour le retour ou de faire l’aller-retour par le même chemin. Dans le dernier cas, il est impossible de faire l’aller-retour dans la même journée. Il faut donc payer au minimum une nuit en hut ou en camping.

Les points d’intérêts se trouvent à chaque extrémité du trek. Depuis la route de Milford Sound, tu peux accéder à Key Summit, aux lacs Howden et MacKenzie et à la chute de Earland. De l’autre côté, depuis Glenorchy, il est possible de faire l’aller-retour jusqu’à Harris Saddle (en passant par les cascades et le lac Harris) en une journée de marche. Comme on a notre propre véhicule et qu’on a prévu de visiter les deux côtés (Milford Sound et Glenorchy), on opte donc pour cette stratégie de deux sorties à la journée.

Côté Milford Sound – Key Summit

Durée : 2h-3h / Distance : 3,4 km / Difficulté : Intermédiaire

On se lance sur le sentier en fin d’après-midi du coup on se limite à Key Summit. Mais si tu pars à la journée et que tu es un bon marcheur, tu peux pousser jusqu’au lac MacKenzie.

Le sentier part de Milford Road et monte progressivement jusqu’au sommet de Key Summit. En seulement 1h de montée, on arrive au bord d’un petit lac alpin avec des montagnes en arrière-plan. Nous sommes en fin d’après-midi et pourtant il y a encore une quinzaine de personnes autour. Alors, on n’ose pas imaginer ce que c’est en pleine journée. L’endroit ne manque pas de charme, mais on ne retrouve pas cette atmosphère paisible qu’on apprécie tant dans la montagne. En plus, on conseillerait plutôt de venir tôt le matin, pour éviter d’avoir le soleil en face pour les photos. Un peu plus loin, un point de vue permet normalement d’apercevoir le lac Marian (une autre randonnée à la journée) niché entre les montagnes en face. Mais on ne le verra pas, car c’est un peu trop nuageux.

Le sentier du Routeburn Track s’arrête officiellement ici. Il faut donc faire demi-tour pour continuer ou pour revenir à son point de départ. Toutefois, il est possible de poursuivre un peu la randonnée sur la crête du Key Summit par un sentier non balisé. C’est donc ce que l’on décide de faire. On traverse une zone marécageuse sur des pontons en bois avant de traverser une forêt humide. C’est toujours impressionnant de voir ces arbres enchevêtrés et recouverts de mousse. On se transpose facilement dans la forêt de Fangorn du Seigneur des anneaux.

À la sortie de la forêt, on arrive sur une zone alpine dégagée. On a une vue sur les Ailsa mountains et en contrebas le lac McKellar dans la vallée du Copland track, ainsi que sur les lacs Fergus et Gunn dans la vallée de la route de Milford Sound. C’est une nouvelle fois magnifique. On ne se lasse décidément pas de ces paysages de montagne.

Le fait d’être seul facilite les choses pour se plonger dans l’atmosphère des lieux. Le terrain serait parfait pour bivouaquer. On aurait dû amener notre matériel de camping ! Sur le chemin du retour, on croise d’ailleurs 4 Néo-Zélandais avec leur matériel de camping sur le dos.

Côté Glenorchy – Harris Saddle

Durée : 8-9h / Distance : 26 km / Difficulté : Intermédiaire

Promenons-nous dans les bois

Il fait encore nuit lorsque l’on part, les lampes frontales sur la tête. On veut être sûr d’avoir le temps de faire cette randonnée et surtout d’être au sommet avant que cela se couvre. En effet, un ciel nuageux est annoncé dès midi. Il est tout juste 6h30 du matin, mais le sentier assez large se perçoit dans la pénombre. On marche ainsi 2h dans la forêt. Seuls le lever du soleil et le changement de luminosité nous donnent une idée du temps qui passe.

Le sentier longe la rivière jusqu’à la traverser sur un pont suspendu. La pureté de l’eau est alors perceptible avec sa couleur bleue claire. Les oiseaux commencent également doucement à sortir de leur torpeur et à chanter. Cela rompt la monotonie du sentier qui finit par déboucher sur une grande étendue où se trouve la Routeburn Flats hut qui porte bien son nom.

À partir d’ici, le sentier se met à grimper plus sérieusement en serpentant en épingle dans la forêt. Heureusement, une zone d’éboulis permet au paysage qui nous entoure de se dévoiler. On surplombe alors la vallée plate où se trouve la Routeburn Flats hut et les Humboldt Mountains nous font face. Ce n’est pas dégueu comme on dirait.

La cascade Routeburn

À la sortie de la forêt à la limite avec la zone alpine se trouve la hut de Routeburn Falls où on rencontre des marcheurs en train de se préparer. Quelques centaines de mètres plus loin, on s’arrête quelques instants pour profiter de la vue sur les cascades de Routeburn Falls.

Quand on se remet en route et sans gros sac à dos, on avance d’un pas plus soutenu et on double les marcheurs les uns après les autres. Soit une trentaine de personnes à la queue leu leu. On comprend pourquoi ce trek est considéré comme une autoroute par les locaux !

Les marécages de la vallée alpine et le lac Harris

Le sentier parcourt alors une vallée alpine marécageuse au milieu de laquelle s’écoule un ruisseau alimenté par les cascades qui dévalent la montagne. Le sentier est tellement entretenu qu’il n’est même pas boueux.

On finit par longer les falaises pour découvrir le lac Harris. C’est alors le moment choisi par le soleil pour percer les nuages. Ce lac est véritablement niché dans le col au pied des sommets rocheux. Il s’est formé grâce à un barrage naturel de pierre sans lequel l’eau s’écoulerait simplement jusqu’à la vallée. Son eau est d’un noir impénétrable.

Harris Saddle

Une dernière ligne droite nous amène à Harris Saddle, le plus haut point du trek à 1255m d’altitude. De là-haut, nous avons une vue sur la vallée de Hollyford là où se poursuit normalement la randonnée. La vue n’est pas exceptionnelle d’ici, alors on ne s’aventure pas plus loin. Par contre, nous repérons des marcheurs qui font une extension vers un sommet alors forcément on se met à leur poursuite !

Conical Hill

Depuis le col, un sentier de 1 km permet d’atteindre le sommet de Conical Hill. On se déleste de notre sac dans l’abri pour s’alléger au maximum. Le sentier est abrupt et glissant (il faut escalader des rochers), mais court. En moins de 30 minutes, on surplombe le lac Harris. Le panorama depuis les hauteurs du lac récompense ce dernier effort. On arrive juste à temps, car en quelques minutes seulement, nous nous retrouvons dans le brouillard et la pluie fine.

Le retour

De retour à l’abri, une pause casse-croûte s’impose. Nous ne sommes pas seuls, les marcheurs en sens inverse font aussi leur pause. Certains sont très chargés et n’ont clairement pas adapté ce qu’ils portent à la situation. Leur sac est rempli à ras bords. On comprend vite pourquoi. Ils ont des emballages surdimensionnés comme une boite d’œufs ou encore un sac rempli de carottes crus ! Ça pèse tout ça, on les plaint. On redescend ensuite tranquillement en s’arrêtant de temps en temps sur des rochers pour admirer la vallée alpine.

On s’arrête également pour admirer le panorama de la vallée encastrée au pied des Humboldt Mountains en dessous de la Routeburn Falls Hut.

Quelques centaines de mètres avant la hut, on croise un groupe de marcheurs qui encercle une dame. Celle-ci est tombée sur les rochers et s’est ouvert la tête. Étant donné la quantité de sang qui marque le sol, cela ne nous rend pas insensibles. Mais elle est consciente et des guides lui donnent les premiers secours. L’endroit n’est pas particulièrement dangereux, mais glisser et tomber sur un rocher, cela peut arriver à tout le monde. Du coup inutile de vous dire qu’on redescend en redoublant de vigilance !

Les deux dernières heures dans la forêt sont longues. Heureusement, les oiseaux nous accompagnent. Ce sont des « fantail », ces petits oiseaux qui peuvent déployer leur queue noire et blanche en éventail comme font les paons. On arrive au parking en fin d’après-midi pour clôre cette aventure.

Notre avis

On ne va pas dire le contraire, cette randonnée offre de jolis paysages, même si ce n’est pas les plus spectaculaires de Nouvelle-Zélande. Surtout, ils sont variés entre cascades, zone alpine et lacs. En plus, le sentier n’est pas difficile, car il monte progressivement. Pour ceux qui n’ont pas d’expérience de trek et de montagnes, c’est top : c’est bien aménagé, ce n’est pas trop difficile et tu feras des rencontres.

Quand tu as plus d’expérience de randonner en montagne, cela reste bien évidemment joli. Mais il ne faut pas trop en attendre en termes d’expérience, car il y a un peu trop de monde sur le chemin. Comme disent les locaux, c’est un peu l’autoroute de la randonnée. Avec le temps, on commence à chercher des expériences plus authentiques et en communion avec la nature.

Finalement, on ne regrette pas notre choix d’avoir fait des sorties à la journée pour découvrir le Routeburn. Tu peux rajouter une nuit en autonomie complète vers le Key Summit pour parachever l’expérience !

Expérience :   

Si cette région t’intéresse, retrouve plus d’informations sur Milford Sound ICI ou si tu veux découvrir les Fiordand en dehors des sentiers touristiques, voilà des informations sur les randonnées du coin ICI.

Donne ton avis sur cet article !
La Great Walk du Routeburn Track à la journée
5 avec 1 vote

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Tu as aimé cet article ? Encourage nous en le partageant à tes amis sur tes réseaux sociaux !
2017-08-27T22:13:42+00:00 7 juillet 2017|

Laisser un commentaire